Porter un casque de qualité et adapté est indispensable pour circuler en deux-roues. Comment bien choisir son casque, quel entretien et quelle durée de vie ? Fondation de la route fait le point pour vous. 

Chaque année, 1,3 million de personnes décèdent à travers le monde des suites d’un accident de la routeCela peut sembler peu rapporté à la totalité de la population mondiale, mais il ne faut pas oublier d’ajouter les 20 à 50 millions de personnes ayant souffert de traumatismes non mortels (membres cassés ou amputés, fracture de la mâchoire, traumatismes crâniens ou de la face, paralysies diverses, coma, lésions oculaires…) et, qui pour beaucoup, auront un impact sur le reste de leur vie car invalidants. Enfin, les accidents de la route sont la première cause de décès chez les jeunes de 15-29 ans. 

En deux-roues, opter pour un casque de bonne qualité est important… et même vital. En effet, 54 % des cyclomotoristes (conducteur ou passager) sont victimes de lésions encéphaliques telles que les fractures du crâne. Or, la différence de chance de survie entre le port d’un casque de bonne qualité et celui d’un casque de mauvaise qualité est de 40 % ce qui est frappant. De plus, le risque de traumatisme grave est réduit de 70 %. 

Par ailleurs, pour une protection efficace, le casque doit également être de la bonne taille et attaché suffisamment serré. En effet, 20 % des motocyclistes perdent leur casque en cas d’accident faute d’une taille adaptée ou d’une attache correcte. Un casque trop grand ou mal attaché est donc inutile car il sera éjecté dans l’accident. 

Enfin, il est conseillé d’opter pour un casque intégral (fixe ou modulable) plutôt qu’un casque jet qui ne protège pas le visage et la mâchoire. Adapté aux longs trajets comme aux intempéries, le casque intégral offre un confort en termes de bruit et de visibilité en réduisant l’impact du vent. Il offre également une protection contre les insectes et les possibles débris projetés par un véhicule précédent ou arrivant en sens inverse. 

Lors de l’achat, pensez toujours à essayer votre futur casque afin de le choisir adapté, et privilégiez une couleur vive qui sera d’autant plus visible 

Votre casque devra : 

  • Être classé NF ou ECE 22-04, 22-05
    • Casque intégral : ECE 22-04 P, ECE 22-05 P (Protective) 
    • Casque modulable ou intégral jet : ECE 22-05 PJ (Protective-Jet) 
    • Casque jet : ECE 22-05 J (Jet)
  • Couvrir votre front au-dessus des sourcils 
  • Disposer de 4 stickers rétroréfléchissants collés de façon symétrique : un devant, un derrière, un de chaque côté. Parfois ces stickers sont dans la boite et sont à coller vous-même.
  • Être remplacé après un choc violent 

Il ne devra pas : 

  • Glisser devant les yeux ou exercer de pression sur le front 
  • Obstruer votre vision périphérique 
  • Gêner le port de lunettes de vision 

Enfin il n’est pas recommandé d’acheter un casque d’occasion. En effet, il n’est pas possible de connaitre l’historique du casque (chocs précédents). En outre, entre bactéries et transpiration, un casque ne devrait être utilisé que par une seule personne. Pour finir, la durée de vie moyenne d’un casque est de 5 ans. Un casque d’occasion peut donc être obsolète tant en termes de norme de protection que de durée de vie. 

SOURCES

10 faits sur la sécurité routière dans le monde, OMS who.int/ 

Conseils pour choisir un casque de moto, securite-routiere.gouv.fr/ 

Equipez-vous, securite-routiere.gouv.fr/ 

Nos dernières actualités

Suivez l’actualité de la Fondation de la route et les évolutions réglementaires
liées à l’espace public routier en consultant nos dernières mises à jour.

> Voir toutes les actualités