En cas de chute que ce soit à moto, vélo ou tout simplement à pied, le réflexe est de mettre les mains pour amortir sa chute. Or, à moto le choc est beaucoup plus violent et les risques de blessures graves ou invalidantes bien réels.

Quel intérêt ? 

Il n’est pas rare de tomber à pied et de se casser un poignet ou quelques doigts. A deux roues, même à faible vitesse, les conséquences sont certaines (coupures, fractures, contusions…) et peuvent être irréversibles (traumatismes avec des conséquences irréparables, handicaps permanents tels qu’amputation ou paralysiebrûlures par abrasion…). L’absence de protection carrossée comme en voiture doit donc être compensée par des équipements de protection efficaces spécialement conçus pour les motocyclistes. 

En outre, les gants protègent également les mains du froid et des intempéries, tout en assurant une bonne prise en main du guidon et des freins. 

Petit point sur la réglementation 

Depuis 2016, le port de gants est obligatoire pour les conducteurs et passagers de deux roues (motocyclette, tricycle à moteur, quadricycle à moteur ou cyclomoteur).  Les véhicules équipés à la fois de ceinture de sécurité et de portières ne sont pas soumis à cette obligation. 

Le non-respect de cette obligation (décret du 19 septembre 2016) sera sanctionné par une amende de 3e classe, soit 68 € (prix moyen pour une paire de gants certifiée), et par le retrait d’un point sur le permis de conduire. 

Comment bien choisir ses gants moto ? 

Les gants devront être « conformes à la réglementation relative aux équipements de protection individuelle » : il s’agit de gants de protection certifiés CE (Conformité Européenne). 

Côté confort, il faut tester leur ergonomie afin de s’assurer une bonne sensibilité au niveau des commandes du guidon. 

  • Il faudra aussi les choisir ajustés au niveau des paumes sans pour autant être tendus ou renflés, étanches et montant jusqu’au-dessus des poignets sur au moins 4 largeurs de doigt.  
  • Au niveau des doigts, il est important de garder une marge : les doigts ne doivent pas buter au bout des gants 

Côté matériaux, vous avez le choix entre les gants en composite ou en cuir. Dans les deux cas, ils devront posséder des renforts au niveau des articulations, notamment des carpes et métacarpes, et un matériau anti-abrasif au niveau des paumes. Enfin, une patte de serrage au niveau des poignets assurera leur maintien en cas de chute glissée. Idéalement, préférez les modèles avec un double serrage (poignets et manchettes). 

Plus ils seront épais et mieux vous serez protégé : protection de 87 % avec des gants épais. 

Enfin, côté design, préférez-les de couleurs claires, fluorescents, ou dotés de bandes rétroréfléchissantes pour être bien visible des autres usagers. 

Certification CE Équipement de protection individuelle (EPI) 

La certification des gants moto se fait via la norme EN 13594 ou le dire d’experts et se décline en deux niveaux de protection : 

  • Niveau 1 : en cuir léger ou denim, adapté à un usage urbain 
  • Niveau 2 : en kevlar ou cuir épais, usage routier, intensif, fréquent ou professionnel 

Elle certifie que les équipements ont été évalués avec précision en ce qui concerne la résistance à l’arrachement, à l’abrasion, au déchirement et à la coupure. Le système de maintien a également été soumis à de nombreux tests de résistance.  

SOURCES

10 faits sur la sécurité routière dans le monde, OMS who.int/ 

Les gants, securite-routiere.gouv.fr/ 

Equipez-vous, securite-routiere.gouv.fr/ 

Nos dernières actualités

Suivez l’actualité de la Fondation de la route et les évolutions réglementaires
liées à l’espace public routier en consultant nos dernières mises à jour.

> Voir toutes les actualités